17 avril 2016

Wes Anderson au musée des miniatures et du cinéma

 Oyé oyé !
 
Déjà un petit moment que je vous promets un article au sujet de ma visite de l'exposition consacrée aux maquettes de Wes Anderson, au musée des miniatures et du cinéma de Lyon.
 
Contrairement à ce qui est indiqué ça et là (notamment sur le journal de l'expo et sur les affiches) l'expo dure jusqu'au 31 mai prochain, et non jusqu'au 31 mars. Vous avez donc encore la possibilité de vous y rendre si l'envie vous en dit !
 
Comme, probablement, bon nombre d'entre vous, je n'étais pas restée insensible au film The Grand Budapest Hôtel, que j'avais même visionné plusieurs fois de suite.
 
Le scénario, les personnages et les décors de ce film (qui lui ont d'ailleurs valu un Oscar en 2015) m'avaient particulièrement touchée.
 
Il s'agit d'une ambiance à laquelle j'adhère totalement, que ce soit pour l'esthétique art nouveau, l'univers onirique ou l'aspect légèrement loufoque et décalé des situations et des protagonistes.
 
Certes j'avoue que je ne m'étais pas documentée à ce sujet avant de me rendre à l'expo, mais je ne pensais pas que la plupart des décors de ce film étaient en fait des maquettes, photographiées, puis incrustées ensuite dans un second décor en images de synthèse, scène à laquelle sont ensuite ajoutés les comédiens, filmés eux devant un fond vert.
 
C'est toute l'utilité de cette exposition, qui nous permet de comprendre comment fonctionne le montage du film et de quelle manière se juxtaposent les différents étapes de création et de mise-en-scène.
 
On constate que la maquette de la façade du Grand Budapest Hôtel est monumentale. Elle mesure 4 mètres de large par 3 mètres de haut et pèse 250 kg !
 
Le décor de l'intérieur de l'hôtel est lui bien réel et a été créé dans un bâtiment désaffecté en Allemagne.
 
La scène du funiculaire a nécessité le même procédé que la façade de l'hôtel et des vidéos illustrent ces différentes étapes.
 
Des croquis et des dessins préparatoires accompagnent le tout.
On peut aussi découvrir le design follement rétro des boîtes Mendl's, vous savez ces petites pâtisseries (les fameuses religieuses ou courtisanes au chocolat) que l'on voit dans le film, et que personnellement j'avais trouvées fabuleuses !
Rappelez-vous, Zéro le Lobby boy du Grand Budapest Hôtel tombait en amour pour Agatha, la jolie pâtissière de l'enseigne, qui réalisait cette spécialité.
 
Bref, si vous êtes dans le coin, je ne peux que vous conseiller de prendre un petit moment pour vous y rendre. D'ailleurs le reste du musée est fort sympathique lui aussi, notamment l'étage consacré aux miniatures, avec toutes les minuscules scènes de vie recomposées. J'étais personnellement scotchée et émerveillée, telle une enfant. ça m'a rappelé les nombreux livres que je dévorais à cette époque-là, dans lesquels on pouvait découvrir des scènes de vie en appartement/maison reconstituées en 2 D et qui me laissaient toute rêveuse et contemplative.
 
Sur ce, je vous souhaite un agréable dimanche et vous embrasse bien fort !

 

3 commentaires:

  1. C'est top comme visite, ça a l'air pas mal du tout ! :)
    http://yndraetsesenvies.fr

    RépondreSupprimer
  2. Euh, bah du coup maintenant je veux goûter
    Ca me donne faim c'est malin ahah <3
    www.mademoisellevi.com

    RépondreSupprimer
  3. une belle exposition
    j'aime beaucoup
    gros gros bisous

    RépondreSupprimer

Merci beaucoup pour vos commentaires, c'est toujours un réel plaisir de vous lire <3

design et intégration par Dearjoy
© 2015 ALL RIGHTS RESERVED.